GUIA DE ACTIVISMO:
METODOS NÀO-VIOLENTOS E PREPARATIVOS PARA MANIFESTANTES CONTRA AS INJUSTIÇAS, MÁ GOVERNAÇÃO, CORRUPÇÃO, REPRESSÃO E CONTRA A DITADURA

- Adaptada no contexto angolano-
Como comportar-se e agir perante à repressão e o opressor
Durante o percurso da sua campanha você tem que cuidar da gestão de três tipos de recursos
apresentados tais como - humanos, materiais e tempo - você para implementar coloca
o plano em sentido inverso, mas você também irá prepara-lo para enfrentar as medidas da repressão que o seu adversário não vai deixar de usar.
Os métodos repressivos usados contra
um movimento de oposição são muitas e consistem
principalmente de pressão sobre seus membros e impedir ou
dificultar suas ações para evita-lo de agir de forma eficazr. Propomos, portanto, agora de aprender o máximo
possível para neutralizar a capacidade de seu adversário
para obstruir e controlar sua rede de comunicações interna e externa e, sua influência negativa sobre o moral de suas tropas: Se a moral dos activistas é alcançado e o adversário é capaz de antecipar todas  as ações de sua campanha, o movimento terá pouca chance de aplicação eficaz da sua estrategia não-violenta.
Os métodos repressivos de criar um clima de o medo, é um método frequentemente utilizado. O medo é uma reação que ocorre naturalmente em alguns circunstâncias,
quando o corpo e a mente se sentem ameaçados.
Despertar o medo é, portanto, uma ferramenta eficaz enfraquecer a capacidade de um movimento para agir. Então você vai aprender o que é medo, e como antenuar efeitos adversos através da comunicação e criar um clima de confiança dentro do seu movimento. Portanto, este é assuntos sérios, por isso sempre tenha em mente que não há vergonha em ser colocado na prisão por causa de seu compromisso com a liberdade e a democracia.

 
 

 

Carta de solidariedade e apoio moral á juventude corajosa contra ditadura, corrupção e má governação em angola

Pó de intoxicação está a ser colocado no largo primeiro de maio para afugentar os Manifestantes
 
Cerca de 50 detidos após manifestação em Luanda, desconhecida a sua situação - advogado

 

 
Comandante da Policia de Luanda “Bety” acusada de fazer ameaças de morte contra manifestantes
 

A REPRESSÃO FACISTA EM ANGOLA - actuaizacao sobre os detidos e desaparecidos
 
UNITA exige liberdade imediata e incondicional de manifestantes detidos no sábado ler mais

BD alerta a comunidade nacional e internacional para a gravidade da violência dos manifestantes deste sábado

 

Berlin, Allemagne – Fondée/Initiée à Novembre 1998 et active depuis début Janvier 1999

 

L’Initiative Angolaise Antimilitariste pour les Droits de l’Homme est une initiative contre la guerre, composée en majorité des Angolais et Angolaises et appuyée par tous ceux vivant à l’intérieur de l’Angola et à l’étranger, mais elle restera aussi ouverte à tous les citoyens et citoyennes étrangers qui lui manifestera sa solidarité. Elle accepte tant bien la participation ou la collaboration de chacun comme aussi des membres actifs pour atteindre les objectifs fixés.

 

Elle est une Initiative civile et un mouvement des citoyens, qui se définie principalement comme radical démocratique, une définition qui constitue la base même de ses structures d’organisation et s’impliquera à tous les niveaux dans l’exercice de ses activités, internes ou externes. En plus, l’Initiative précise clairement qu’elle n’est non seulement une association antimilitariste et luttant contre la guerre en Angola mais aussi contre la misère, la faim et les violations des droits de l’homme, et qui enfin prendra fait et cause pour la population angolaise martyrisée et défendra ses intérêts en premier lieu.

 

Nous, fondateurs de cette Initiative, sommes convaincus qu’après trois décennies du conflit armé ou une guerre permanente, n’ayant ni Vainqueur ni Vaincu jusqu’à ce jour, la solution de la guerre en Angola n’est pas dans l’utilisation des armes. Au contraire, cette guerre est la cause primordiale de toute la misère et différents catastrophes ou calamités sur toute l’étendue du territoire angolais, c’est elle aussi qui provoque la famine et aggrave la souffrance déjà existante de la population ; une population très traumatisée par les massacres et expulsions, la fuite et le minage insensé de tout le pays.

Par cette occasion, nous condamnons et condamnerons toujours avec rigueur tous les actes de guerre ainsi que les violations des droits de l’homme en Angola.

 

Notre Initiative dénoncera aussi publiquement, sous toutes les formes possibles, tous partis ou toutes les nations, qui livrent les armes aux belligérants éternels (les deux partis en guerre) ou se prononcent pour une option militaire au profit de l’un ou l’autre parti. Nous leur exigeons de stopper toute collaboration immédiatement.

 

L’Initiative intervient pour une politique en Angola autre que celle pratiquée jusqu’à présent, et particulièrement pour une option, qui devra impliquer tous les groupes et toutes les couches de la société angolaise ainsi que les organisations engagés dans les actions d’éducation, protection des droits de l’homme et d’éclaircissement de la population lors de tous les processus de paix dans l’avenir.

 

Nous réclamons en plus, que certaines pratiques et lois archaïques – certaines datant de la colonisation – soient totalement réformées et que une nouvelle constitution devra être adoptée, dans laquelle les libertés et le droit de tous les citoyens et toutes les citoyennes à la vie et la sécurité sont pleinement garantis, sans aucune distinction. Nous voulons aussi nous engager pour une interdiction totale des actions de glorification de la guerre et propagandes incitant à la haine comme aussi pour une interdiction, par décret et adoption des lois, de toute forme de discrimination, ethnique, religieuse, politique, sociale, culturelle, raciale ou économique.

 

Nous sommes une Initiative pour une Résistance non-violente, qui s’emploie pour une société civile en Angola. Raison pour laquelle nous exigeons une interdiction totale de distribution des armes à la population civile, dont l’objectif reste politique et la conservation du pouvoir, une démarche très irresponsable qu’il faudra condamner avec rigueur, parce que suicidaire pour toute la nation et la population entière.

 

L’Initiative reconnaît que "l’Objection de Conscience" et la Désertion, jusque à présent bannies et conduisant aux peines lourdes en Angola, sont un moyen pour tout Angolais et toute Angolaise de porter sa contribution à la paix dans ce pays. Pour cette raison elle essayera de propager et soutenir cette pensée en Angola, sous toutes les formes possibles. Notre Initiative est convaincu que "moins les femmes et les hommes en Angola se déclarent publiquement prêt pour le service de guerre – donc ils refusent de tuer – plus augmentent les chances dans la résolution pacifique de ce conflit et pour la libération du peuple angolais."

 

L’Initiative Angolaise antimilitariste pour les Droits de l’Homme poursuivra les objectifs suivants :

 

1) La défense de tous les droits fondamentaux des Angolais et Angolaises ainsi que des droits de l’homme en Angola ;

 

2) La recherche, documentation et publication des violations des droits de l’homme contre les Angolais et Angolaises à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Angola, ainsi que mener des actions des Relations Publiques et faire du Lobby ;

 

3) Eclaircissement et sensibilisation à l’intérieur comme l’extérieur de l’Angola, par des campagnes sur les thèmes essentiels de société, comme par ex. Droits de l’homme et des citoyens ;

 

4) La création d’un réseau national d’échange s’engageant pour une paix durable et vraie, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Angola, contre la guerre et le militarisme, et le soutien des groupes d’initiatives de paix et de défense des droits de l’homme ;

 

5) La sensibilisation pour la création d’un mouvement de paix très actif et un groupe d’initiative d’Objecteurs de conscience et déserteurs contre la circonscription forcée au niveau national, qui devra comporter les mères et pères ainsi que les jeunes/enfants concernés, et rejetant ce service pour des raisons de conscience ou de conviction politique, religieuse ou autres ;

 

6) Appel à la construction ou l’instauration d’une société civile se reconnaissant radical démocratique, dans laquelle une séparation claire doit être définie entre l’État et les partis politiques, l’État de droit devra être garanti comme aussi la transparence dans la politique ;

 

a. Engagement pour la liberté de la presse et de l’expression, pour l’accessibilité de tous les citoyens et toutes les citoyennes aux médias publiques existantes indépendamment de leur appartenance politique, sociale, religieuse et ethnique, ainsi que soutien et promotion des médias alternatives et initiatives des médias au niveau national ;

 

b. Engagement contre la corruption, enracinée dans la politique et d’autres domaines de la vie socio-économique angolaise, contre les criminels de guerre et auteurs de violations des droits de l’homme ainsi que leur complices, enfin contre la culture d’impunité établie en Angola ;

 

c. Engagement contre la pauvreté, la misère, l’intolérance et le racisme, pour la participation des citoyens et citoyennes dans tous les processus sociaux et pour un développement préservant la dignité humaine et offrant des perspectives d’avenir en Angola.

 

http://www.snafu.de/~usp/iaadh.htm

 

Financé par:

 

NETZWERK Selbsthilfe e.V.

Gneisenaustr. 2a, 10961 Berlin, Tel 030/691 30 72

 
   
todo direito reservada © i.a.a.d.h.e.V.